• Mutualité Chrétienne
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Le cancer de l'intestin
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Solidaris – Mutualité Socialiste

Avis du CSS sur les vitamines et oligoéléments

Alimentation variée et apports raisonnés…

Vitamines oligoelementsLe Conseil Supérieur de la santé (CSS) -organe d’avis scientifique organisé par le SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne Alimentaire et Environnement- a publié la première partie d’un nouvel avis relatif aux recommandations nutritionnelles pour la Belgique.
Les nutriments essentiels que sont les vitamines et les oligoéléments font l’objet de cette première partie de l’avis. 
Le document de près de 120 pages est riche en informations: nous aurons l’occasion d’y revenir dans de prochains articles.

Pour les produits contenant des vitamines et/ou oligoéléments, le CSS distingue d’une part les médicaments et d’autre part les compléments alimentaires (ou suppléments nutritionnels), .

L’usage des médicaments devrait évidemment être lié à un diagnostic médical, à une prescription, puis à un suivi. Cependant, certains sont en vente libre : un avis médical est pourtant conseillé en cas d’usage régulier de ces apports vitaminés.

Les compléments alimentaires enrichis en vitamines et oligo-éléments ont souvent les mêmes composants chimiques et possèdent évidemment les mêmes propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies associées à des déficits. Mais ces produits ne répondent pas aux mêmes normes qualitatives que les médicaments et leurs dosages sont très variables. Pour éviter de possibles abus, l’Union Européenne a mis en place une réglementation relative aux "allégations" de santé promises par ces produits.

Les recommandations du CSS

Le CSS rappelle que l’utilisation de suppléments de vitamines et oligoéléments n’est utile que dans des situations où l’apport alimentaire habituel est insuffisant. Ces suppléments ne peuvent pas remplacer une alimentation variée et équilibrée. Voici encore une occasion de plaider pour une alimentation diversifiée qui pour la majorité des personnes en bonne santé apportent vitamines et oligoéléments en suffisance.

La prise justifiée de suppléments de nutriments essentiels est liée à des situations particulières :

  • besoins accrus liés à une grossesse, à la croissance chez le bébé , etc
  • maladies entraînant une malabsorption digestive importante ou un déficit nutritionnel conséquent
  • déficit spécifique lié à des circonstances de vie (dont l'âge, le mode de vie) ou de santé personnelles.

Pour chacune des vitamines et chacun des oligoéléments, des doses précises ont été définies comme optimales pour la santé. Il s’agit des « apports journaliers recommandés ».
D’éventuels apports complémentaires en nutriments, proches des apports journaliers recommandés, sont généralement suffisants pour prévenir ou corriger un déficit. 

Pour des raisons de santé publique, certains aliments enrichis -en oligoéléments ou vitamines- sont largement disponibles. Ainsi en est-il du sel iodé, en vente dans le commerce et en outre utilisé par les boulangers belges pour la préparation du pain, de certains produits laitiers enrichis en vitamine D.

Le CSS souligne que le recours à des compléments alimentaires fournissant des grandes quantités de ces nutriments essentiels, dépassant largement les apports journaliers recommandés (par exemple deux à trois fois ceux-ci) n’est pas justifié, sauf exceptions. Et ces exceptions sont du ressort de la prescription médicale, avec un diagnostic précis et un suivi régulier. 
Par ailleurs, les doses élevées de certains nutriments sont totalement inutiles car directement éliminées par l’organisme. La vente de suppléments contenant ces nutriments s’apparente à une tromperie des consommateurs et à un gaspillage. Ainsi en est-il des doses élevées de vitamines C et B, ou d'oligoéléments comme le manganèse.

Le recours à des mégadoses ("supra-nutritionnelles") ne repose sur aucune preuve scientifique et ces doses excessives peuvent au contraire avoir des effets néfastes.

Le CSS énonce quelques évidences actuelles établies par diverses études scientifiques

  • La consommation régulière de certains suppléments de nutriments peut entrainer des risques pour la santé: ainsi l’excès de vitamine C (deux fois 1.000 mg par jour) peut entrainer la formation de calculs rénaux ; l’excès de vitamine D s’accompagne d’hypercalcémie, de troubles neurologiques et de calculs rénaux. Une consommation excessive est également problématique pour des nutriments comme la vitamine A, l'iode, le sélénium, le chrome, le fluor, etc. 
  • Des doses excédant 2 à 3 fois les apports journaliers recommandés de certains antioxydants comme le béta-carotène, la vitamine E ou le sélénium ont été associées à une augmentation de la fréquence de cancers du poumon et de la prostate, ainsi que des troubles cardiovasculaires.
  • Des études ont aussi montré que l’effet bénéfique d’un nutriment ingéré à dose "normale" peut paradoxalement s’inverser vers une toxicité à dose plus élevée ; ainsi certains antioxydants deviendraient pro-oxydants à dose élevée.
  • Un problème lié à certaines préparations de suppléments nutritionnels est que des doses élevées de certains nutriments peuvent réduire la bonne assimilation digestive d’autres.

Le CSS précise qu'une actualisation des réglementations belges en matière de compléments alimentaires devrait être mise en oeuvre par le législateur belge, notamment en ce qui concerne leur teneur en nutriments.

Pour plus d’informations sur les vitamines, vous pouvez lire notre dossier "Les vitamines".
Vous pouvez aussi lire nos articles "Le sel iodé: recommandé", "Grossesse: avant, après" qui rappelle l'importance des apports en acide folique dès avant la conception du bébé. 

Photos © 13smile & © seralex - fotolia.com

Mis en ligne le 19/08/2015

Références
Recommandations nutritionnelles pour la Belgique – Partim I : vitamines et oligoéléments. Juin 2015. Avis CSS 9164 & 9174. 

Consultez également toutes nos actualités :