• Pensez à vous faire vaccinner
  • La violence psychologique
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Le cancer de l'intestin

Avoir un animal?

De nombreux enfants en rêvent…

animal enfantLa cohabitation d’un enfant avec un animal domestique semble avoir de nombreux effets bénéfiques, à condition de respecter quelques règles essentielles de prudence.

Ainsi, un article scientifique récent (1) relève que la présence d’un animal à la maison apporte des bienfaits sur les plans émotionnels et éducatifs, et plus particulièrement sur l’estime de soi.
La relation avec l'animal réduirait les sentiments de solitude et améliorerait les comportements sociaux; elle contribuerait au développement du sens des responsabilités et de l’attention aux autres.

La compagnie d’un compagnon à quatre pattes apaiserait certains enfants, les sécuriserait; c’est surtout vrai quand ce dernier est affectueux et de petite taille. Elle favoriserait le développement du langage de l’enfant ainsi que ses compétences en communication non verbale.

D'autres études (2-3 notamment) suggèrent que la présence d’un animal à la maison, dès le plus jeune âge, permettrait aussi aux enfants de davantage développer leur système immunitaire : ils seraient moins enclins à souffrir d’infections (notamment des voies respiratoires et des oreilles). Le risque de faire de l’asthme serait réduit.

Feu orange : Pour les enfants allergiques, un avis préalable à l'introduction d'un animal dans la masion sera demandé au médecin. 

Des précautions

Un tout-petit n’est pas capable de voir le danger.

Sa petite taille met aussi son visage à la portée d'un chien ou d'un chat. La mise en présence  d'un enfant en bas âge et d'un animal est un réel risque et doit se faire sous votre surveillance attentive.

Aux alentours de 2-3 ans, le petit enfant a peur des choses inconnues: ce n’est pas le meilleur moment pour introduire un animal à la maison. Jusqu'à cet âge, l’enfant peut aussi avoir des gestes brusques : tirer la queue du chien, lui mettre les doigts dans les yeux, etc, tous gestes qui peuvent être mal interprétés par l’animal et susciter une réaction défensive, voire agressive.

Il est essentiel d’apprendre à l’enfant plus âgé les bons comportements avec un animal de compagnie inconnu. Par exemple, apprenez-lui à ne pas toucher un chien croisé dans la rue, même s’il est en laisse. 

Bon à savoir: Tout animal de compagnie doit être régulièrement suivi par un vétérinaire, afin d’éviter des risques sanitaires à l’enfant (parasites notamment). Tout animal de compagnie (particulièrement un chien) doit être bien dressé, si nécessaire avec l’aide d’un spécialiste en dressage.

L’ONE publie une brochure "L’enfant et le chien: de la sécurité à la complicité". Elle peut être téléchargée sur le site de l’ONE.

Photos © wegener17 - Fotolia.com & © melounix - Fotolia.com

Mis en ligne le 24/04/17

Références 
- (1) Purewal R et al. Companion Animals and Child/Adolescent Development: A Systematic Review of the Evidence J. Environ. Res. Public Health 2017, 14(3), 234; doi:10.3390/ijerph14030234
- (2) Eija Bergroth, Sami Remes, Juha Pekkanen et al. Respiratory Tract Illnesses During the First Year of Life: Effect of Dog and Cat Contacts. Pediatrics. Published Online (date) July 09, 2012. doi: 10.1542/peds.2011-2825
- (3) T. Fall, C. Lundholm, A. Ortqvist. Early Exposure to Dogs and Farm Animals and the Risk of Childhood Asthma. JAMA Pediatr. 2015;169(11):e153219. doi:10.1001/jamapediatrics.2015.3219

Consultez également toutes nos actualités :