• Le cancer de l'intestin
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • La violence psychologique

Fièvre Ebola

Ce qu'il faut en savoir.

fievre-ebolaUne épidémie d'Ebola sévit en Afrique de l'Ouest depuis le mois de février 2014.

Elle est présente (ou l'a été) dans les pays suivants : Guinée, Libéria, Sierra Leone, Nigéria et Sénégal.

En octobre, l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) a déclaré que le virus Ebola avait été éradiqué au Sénégal et au Nigéria.

L'épidémie aurait touché jusqu'à présent plus de 9.000 personnes, dont plus de la moitié sont décédées.

Le problème n'est pas nouveau, puisque le virus a été détecté pour la première fois en 1976, au cours d'une épidémie en République Démocratique du Congo et au Soudan, à proximité de la rivière Ebola.

Jusqu'en 2013, les épidémies de fièvre Ebola se limitaient à quelques dizaines de cas dans des zones rurales isolées. Mais l'épidémie actuelle 
est caractérisée par le nombre important de cas, la grande vitesse d'apparition des nouveaux cas, la multiplicité des foyers épidémiques répartis sur plusieurs pays et de grandes agglomérations urbaines. Certains évoquent le rôle des choix humains, économiques, de développement et de gouvernance dans l'évolution de cette épidémie (un avis sur le blog de la Revue Nouvelle).

ebola: les Signes 

La fièvre Ebola est une maladie virale grave. Son taux de mortalité est très élevé.

Les premiers signes sont semblables à ceux de la grippe : fièvre subite, malaises, maux de tête, douleurs articulaires, courbatures, grande faiblesse et irritation de la gorge.
Quelques jours plus tard apparaissent des vomissements, des diarrhées, une éruption cutanée. Une insuffisance rénale et hépatique s'installe, ainsi que parfois des hémorragies.

On suspecte une infection par virus Ebola en présence de ces signes, lorsqu'ils surviennent suite à un éventuel séjour dans une zone touchée.
Seuls des résultats d'analyse de laboratoire peuvent confirmer définitivement un diagnostic clinique et épidémiologique. Les premiers tests sont faits à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers; la confirmation se fait dans un laboratoire dont les normes de sécurité sont suffisamment élevées, en Allemagne.

Il n'existe pas de traitement spécifique contre la maladie: la prise en charge des malades repose uniquement sur le traitement des symptômes. On ne dispose d'aucun vaccin pour prévenir cette maladie. L'isolement des malades est essentielle pour éviter l'extension de l'épidémie.

Ebola: transmission

La transmission du virus nécessite un contact étroit avec les malades.
Les personnes les plus exposées sont donc le personnel soignant ainsi que l'entourage familial des malades.

Le virus Ebola se transmet

  • par contact direct : sang, urine, sueur, sperme, salive, selles, vomissements, etc.,
  • par contact indirect : objets contaminés par le sang ou les autres liquides biologiques de personnes ou animaux malades ou morts.

Aucune transmission par voie aérienne n'a été rapportée à ce jour.

Le malade est contagieux dès les premiers symptômes et le risque de transmission augmente avec l'aggravation de la maladie.
Après le décès du malade, son corps reste encore très contagieux : un nombre important de nouvelles contaminations ont été constatées en raison des rites funéraires.

Le temps écoulé entre l'infection par le virus et l'apparition des premiers symptômes varie de 2 à 21 jours. En moyenne, l'incubation est de 8 jours.

Ebola: conseils aux voyageurs

Le SPF Affaires étrangères déconseille actuellement les voyages en Guinée Conakry, au Liberia et en Sierra Leone. Le risque est grand de rencontrer des limitations dans les mouvements des voyageurs, imposées par les autorités locales pour contrer l'épidémie de fièvre Ebola. Les voyageurs doivent être conscients que les options pour quitter le pays sont limitées et qu'une baisse continue des possibilités de sortir n'est pas à exclure.

Si vous décidez néanmoins de vous rendre dans un de ces pays, le risque d'infection est faible si vous prenez certaines mesures de précaution, car la transmission n'a lieu qu'en cas de contact étroit avec un patient ou un animal infecté ou décédé. Il est conseillé de consulter les conseils de voyage sur le site du SPF Affaires étrangères.

Pourquoi des contrôles de températures sont-ils effectués à Brussels Airport ?
Il s'agit d'une mesure de sécurité. Ces contrôles de températures se font auprès des passagers des vols provenant de la Guinée, du Liberia et du Sierra Leone lors de leur arrivée à Brussels Airport. Un infirmier prend la température de chaque passager à l'arrivée. Les passagers qui ne présentent pas de fièvre reçoivent des informations et peuvent continuer leur voyage. Le passager qui présente de la fièvre est isolé et sa température est à nouveau contrôlée; il est interrogé sur son historique de voyage. Le passager est ensuite ausculté par un médecin, qui se concerte avec l'inspecteur d'hygiène. Si les médecins décident qu'il est possible que ce soit un cas probable, le passager est emmené vers un hôpital pour des examens complémentaires.
Selon les autorités, il est fort peu probable que la maladie se répande chez nous, même s'il est possible qu'une personne infectée arrive en Belgique. 

Photo © Robert Kneschke - Fotolia.com & © ffly - Fotolia.com

Mis en ligne le 10/11/2014

Références
- Epidémie d'Ebola en Afrique occidentale. Site du SPF – Santé publique. Consulté le 29/10/2014. 
- Avis n° 9188 du Conseil supérieur de la santé 

Consultez également toutes nos actualités :