• Le cancer de l'intestin
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Solidaris – Mutualité Socialiste

GSM et cancer

Faut-il remettre en cause la sécurité ?

GSMLa sécurité des téléphones portables et des téléphones domestiques sans fil reste un sujet controversé.

L'analyse des données de deux nouvelles études menées en Suède (1) conclut à un effet favorisant le développement de tumeurs cérébrales.

L'une des études concernait des patients âgés de 20 à 80 ans pour lesquels la tumeur cérébrale a été identifiée entre 1997 et 2003, la seconde des patients âgés de 18 à 75 ans dont le diagnostic a été posé entre 2007 et 2009.

Près de 1.500 cancers sont inclus dans l'analyse. Ces patients ont été comparés avec plus de 3.500 autres personnes présentant les mêmes caractéristiques d'âge et de sexe.

Le type de cancer cérébral identifié est le gliome et tous les cas ont été confirmés par analyse histologique des cellules cancéreuses.

Les auteurs constatent que le risque de gliome augmente au fil des années, pour être multiplié par 1,7 après 15-20 ans d'utilisation et par 3 après 25 ans d'utilisation. Le risque serait plus important lorsque l'usage a débuté en dessous de l'âge de 20 ans. 
Les tumeurs diagnostiquées sont plus souvent situées du côté où le téléphone est habituellement placé contre l'oreille, et au niveau du lobe temporal.

Prudence

Les résultats de telles études rétrospectives "cas-contrôle" doivent toujours être interprétées avec prudence. Leurs conclusions n'apportent pas des preuves d'un lien de causalité, à la différence d'études prospectives randomisées bien menées, où l'on compare directement deux groupes de population, au départ semblables, qui sont suivis pendant plusieurs années (dans ce cas, l'un qui serait utilisateur de GSM et téléphone sans fil, l'autre pas -mais cela existe-t-il encore ?-).

D'autres études, publiées au cours des 4-5 dernières années, n'avaient pas pu démontrer d'association entre l'usage d'un GSM et l'apparition de tumeurs cérébrales. Une étude publiée en 2013 (2) avait même conclu que l'utilisation de GSM n'était pas associée à une incidence accrue de tumeurs cérébrales.
On le voit, les conclusions des études disponibles sont divergentes.

Dans le doute, la prudence conseille d'adopter des mesures de bon sens.

Comment peut-on limiter le risque éventuel? 

  • conseiller un usage modéré pour les enfants et adolescents
  • envoyer des sms plutôt que téléphoner
  • utiliser un dispositif « mains libres »
  • éviter les longues conversations
  • choisir une zone à réception maximale, ce qui réduit la puissance d'émission du GSM.

Vous pouvez aussi lire les conseils élaborés sur base d'un avis du Conseil Supérieur de la Santé en Belgique, dans notre article "GSM : quelles précautions ?" .

Photo© laszlolorik - Fotolia.com & © Afanasiev Oleksii - Fotolia.com

Mis en ligne le 01/12/2014

Références
- (1) Hardell L, Carlberg M. Mobile phone and cordless phone use and the risk for glioma – Analysis of pooled case-control studies in Sweden, 1997–2003 and 2007–2009. Pathophysiology. Published online October 29, 2014.
_ (2) Benson V, Pirie K, Schüz J. Mobile phone use and risk of brain neoplasms and other cancers: prospective study. Int J Epidemiol

Consultez également toutes nos actualités :