• Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Le cancer de l'intestin
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne

Les régimes du nouvel an

L'approche des fêtes de fin d'année rime avec "régimes" dans les pages de nombreux magazines féminins.

Car, selon la dictature d'une certaine mode, il faudrait être (très) mince pour être belle.
Les photos, retouchées par Photoshop, de mannequins - au profil de départ déjà anorexiques - hantent les couvertures de ces magazines et donneraient envie de se jeter sur le premier hamburger venu.

regime fetes1

Et on peut sans risque parier sur le fait que d'autres régimes nous seront proposés en janvier, pour perdre les bourrelets liés à nos excès présumés de dindes et de bûches…

Que penser de ces régimes ?

Ils ne sont généralement pas très sensés ou raisonnables.

Le site www.voyonslarge.be nous invite d'ailleurs à la prudence vis-à-vis des régimes en général. 

Un brin provocateur, il affiche 10 bonnes raisons de ne pas faire régime

Vous voulez les connaître ? Les voici :

  • ça ne marche pas
  • on n'écoute plus son corps
  • plus on fait régime, moins on s'aime
  • ça allège surtout le portefeuille
  • ça rend obsédé
  • ça fait parfois manger plus !
  • c'est pas vraiment bon pour la santé
  • y a pas de mal à avoir des rondeurs
  • obsession chez les parents, déséquilibre chez les enfants
  • manger, c'est bon pour le moral.

Et la santé dans tout cela ?

L'objectif des régimes vantés dans bien des magazines, c'est l'amaigrissement, pas la santé !

Il est bon de rappeler que, d'un point de vue médical, il n'est pas justifié de recourir à des régimes extrêmes ou à des interventions diététiques anarchiques chez des personnes de poids normal ou en simple surpoids.
On risque de se faire plus de mal que de bien et de dérégler notre "pondérostat", cette mécanique fine qui gère notre poids.

Pour une personne ayant des problèmes de santé liés à un excès de poids, ou une obésité importante (IMC ≥ 35), un accompagnement par un médecin et un diététicien est utile. En effet, la balance entre les bénéfices et les risques doit être prise en considération ; lorsque la perte de poids semble favorable à la santé globale de la personne, cette perte doit être très progressive et viser 5% à 10%. Car on sait que l'on améliore la santé avec une telle réduction de poids, dont le niveau est en outre tenable à long terme.

Pas de privation inutile donc !

Car à force d'entendre des conseils pour maigrir, on pourrait penser que seuls les fruits, légumes, poissons et viandes maigres sont bons pour la santé. Pourtant, le corps humain a besoin d'une grande variété d'aliments pour recevoir tous les éléments nutritifs nécessaires à son bon fonctionnement.

Rappelons que le principal moyen de réduction du poids est la réduction modérée de l'apport calorique quotidien, combinée à une augmentation de l'activité physique.
Pour réduire le nombre de calories ingérées chaque jour, on consommera moins d'aliments à forte densité calorique (aliments riches en graisses et en sucres et pauvres en fibres et en eau). Ainsi, on peut préserver un apport équilibré des autres nutriments.
Il ne s'agit donc pas de restriction (manger très peu et seulement certains aliments hypocaloriques), mais bien d'un changement devant se poursuivre sur le long terme.

Une alimentation inspirée du régime « méditerranéen » est bénéfique pour la santé cardiovasculaire et est compatible avec une réduction des aliments très caloriques.

Vous pouvez lire sur ce site notre article consacré au régime méditerranéen.

Photo © rh2010 - Fotolia.com & © pixarno - Fotolia.com

Mis à jour le 17/12/2015

 Référence
Lecerf J.-M., À chacun son vrai poids, Odile Jacob, 2013
- Obésité : maigrir sans médicament - Deuxième partie - Des interventions non médicamenteuses pour réduire la morbidité, Revue Prescrire n°281, p. 197-201, 2007, France
- Obésité : aider à prendre en compte la densité calorique des aliments. Revue Prescrire, n°282, p. 279, 2007, France
- Obésité : maigrir sans médicament , Troisième partie - Régime équilibré évitant les aliments à forte densité calorique, et activité physique, Revue Prescrire, n°305, 2009, France. 

Consultez également toutes nos actualités :