• Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Le cancer de l'intestin
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • La violence psychologique
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner

Mongeneraliste.be fête ses 5 ans

Bon anniversaire…

mongene bon anniversaireLe site www.mongeneraliste.be a été créé à l’initiative de la Société Scientifique de médecine générale (SSMG) en 2011, avec la collaboration de l’asbl Question Santé et en partenariat avec de grandes mutualités du pays.

Le 17 mars, lors d’une conférence de presse, les différents partenaires du site ont expliqué les raisons de leur implication dans l’initiative et en ont souligné les points positifs.

Par la création de ce site, les médecins de famille représentés par la SSMG montrent leur souhait d’écouter, d’informer et de conseiller leur patient, à travers la mise en place d’un dialogue avec celui-ci.

Le site contribue à améliorer la compréhension des facteurs qui déterminent le bien-être, à rendre plus accessibles les informations et les actes favorables à la santé. Bien sûr, les informations proposées par mongeneraliste.be ne remplaceront jamais la consultation d'un médecin ni la spécificité d'un examen médical.

En résumé, trois caractéristiques réunies affirment le caractère particulier du site mongeneraliste.be :

  • la place centrale de la relation médecin généraliste/patient,
  • l’indépendance de tout intérêt commercial,
  • la référence à la médecine basée sur les preuves (EBM).
    Car la validation des informations repose sur des sources scientifiques fiables et reconnues. Dans ce cadre, le site mongeneraliste a conclu un partenariat avec ebmpracticenet.be, un site mis en place pour les médecins par le CEBAM. En aval, les médecins de la SSMG sont invités à réagir aux contenus du site s’ils décèlent une information qui leur apparaît inadéquate ou erronée.

Au fil des années, les contenus du site se sont enrichis et on y trouve actuellement plus de 130 articles consacrés à des maladies, plus de 70 centrés sur la prévention primaire et secondaire, une quinzaine de dossiers et une vingtaine de vidéos. En outre, plus de 120 sujets sont accessibles dans la rubrique "actualités", qui aborde des informations neuves (nouvelles études ou avis récents du Conseil supérieur de la santé par exemple) ou complémentaires aux articles présents dans le site.
Enfin, le site accueille aussi des fiches patients, non accessibles directement aux internautes. En effet, elles sont prescrites au patient par son médecin généraliste, qui peut lors de la consultation soit imprimer la fiche et la remettre au patient, soit lui envoyer le lien par mail.

La fréquentation du site a augmenté régulièrement. En 2015, il a accueilli plus de 660.000 visiteurs ; plus de 800.000 pages ont été vues.

Sondage auprès des internautes

Un sondage a été réalisé en 2015 auprès des visiteurs du site, par questionnaire en ligne. Vous y avez peut-être participé. Il révèle quelques informations intéressantes.

Sans surprise, les répondants étaient majoritairement des femmes, mais les hommes représentaient néanmoins 40% de l’échantillon, alors qu’on dit qu’ils s’intéressent moins à leur santé.
Septante pourcents des répondants étaient âgés de plus de 55 ans : cette constatation est cohérente avec d’autres données qui montrent que l’âge n’est plus un obstacle à la consultation d’internet.

A travers leurs réponses, les répondants exprimaient de manière générale une grande confiance en leur médecin.
Une proportion équivalente (± 20%) disait se méfier ou avoir confiance dans les informations trouvées sur internet, alors qu’une majorité analysait la fiabilité des sites consultés selon quelques critères, l’émetteur du site en étant le principal. Pour les personnes interrogées, les sites inspirant généralement confiance sont ceux émanant d’une association scientifique de médecins, d’un ministère de la santé, d’un hôpital, d’une mutuelle, d’une université, d’une institution internationale (OMS, EMA).

A la fin du mois de février 2016, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block annonçait à la Commission Santé publique que plus de 2,8 millions de Belges avaient déjà donné leur consentement dans le cadre de l’échange par voie électronique de leurs données de santé entre prestataires de soins. Notre sondage confirme ce bon accueil à l’e-santé puisque une large majorité des répondants était favorable à l’encodage de paramètres de santé dans un site sécurisé, dont l’accès est réservé aux médecins qui les soignent.
Ils étaient également plutôt favorables à certaines formes de télémédecine, telles qu’évoquées récemment par des responsables politiques : par exemple le télémonitoring (surveillance de paramètres de santé, comme la tension artérielle, à distance, les données étant transmises via internet aux médecins qui les soignent) et l’encodage régulier de paramètres liés à la santé sur un site sécurisé (pour évaluer automatiquement s’il est nécessaire d’adapter le traitement ou de consulter le médecin).
Par contre, ils exprimaient peu d’enthousiasme pour la téléconsultation (consultation d'un professionnel de la santé à distance, via Internet, par visioconférence par exemple).

Photos © Printemps - Fotolia.com & © Aleksandr Bryliaev - Fotolia.com

Mis en ligne le 21/03/2016

Référence
Conférence de presse du 17/03/2015.

Consultez également toutes nos actualités :