• Le cancer de l'intestin
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • La violence psychologique
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste

Poids stable: un objectif malin

Grossir ou maigrir excessivement est risqué.

poids stable malinLa norme médicale pour le poids est basée sur le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC ou BMI en anglais).

La base du calcul est simple: vous devez connaître votre taille (en centimètres) et votre poids en kilogrammes). Vous pouvez utiliser le module ci-dessous pour le calculer facilement. 

L’IMC considéré dans les normes médicales est compris entre 18,5 et 25. 
L’obésité est définie par un chiffre d’IMC égal ou supérieur à 30, le surpoids par un chiffre compris entre 25 et 30, la maigreur par un chiffre compris entre 16,5 et 18,5.

Les personnes qui sont proches d’un IMC de 25 et qui ne fument pas ont statistiquement plus de chance de vivre longtemps. Les personnes qui s’écartent de ce chiffre d’IMC, en trop ou trop peu, ont statistiquement une espérance de vie moindre.
Vous trouverez plus d'informations sur l'IMC et ses liens avec la santé dans notre dossier "Vivre en paix avec son poids". 
 

Calcul de votre indice de masse corporel

Votre taille en centimètres:
Votre poid en kilogrammes:

Interprétation de l'IMC

IMC (kg:m2)Interprétation
moins de 16.5 dénutrition
16.5 à 18.5 maigreur
18.5 à 25 corpulence normale
25 à 30 surpoids
30 à 35 obésité modérée
35 à 40 obésité sévère
plus de 40 obésité morbide ou massive

Stabiliser son poids

Une étude récente suggère que la stabilité du poids est aussi un élément favorable à la santé. Trop grossir ou trop maigrir en quelques années pourrait réduire l’espérance de vie.

On connaît les effets potentiellement défavorables de l’obésité sur la santé (lire notre dossier "Vivre en paix avec son poids").
Pour autant, il n’est pas conseillé aux personnes obèses de perdre rapidement un grand nombre de kilos! Mongeneraliste a déjà mis en garde contre les régimes amaigrissants (Point 1,6,1 du dossier).

Eviter de prendre ou perdre beaucoup de poids

Une vaste étude coréenne, basée sur l’analyse de données du système national d’assurance santé de 2005 à 2015, a étudié le lien entre changements de poids et mortalité (quelqu’en soit la cause).
Un total de plus de 11,5 millions de sujets âgés de plus de 20 ans ont été inclus dans cette analyse.

Les changements de poids, calculés sur une période de 4 ans, ont été classés en 8 catégories, par paliers de 5%, allant d’une perte de poids de 15% et plus à un gain de poids de 20% et plus.
Les chercheurs, avant de tirer les conclusions de leurs observations, ont tenu compte de nombreux facteurs pouvant influencer les résultats: l’âge, des facteurs de risque comme le sexe, le tabagisme, la consommation d’alcool, la sédentarité, la présence d’un diabète ou d’une hypertension, d’une dyslipidémie, etc.

Ils constatent

  • que la prise de poids est associée à un accroissement de mortalité (risque multiplié par ± 1,7 pour un gain de ≥ 20%). Le risque est le plus important lorsque l’IMC passe au-delà de 30
  • que la perte de poids supérieure à 15%, quel que soit l’IMC de départ, est associée à une augmentation du risque de mortalité encore supérieure à celle liée une prise de poids (risque multiplié par ± 2,5).

Les résultats de cette étude doivent évidemment être confirmés par d’autres observations.
Cependant, de nombreux éléments suggèrent que des variations de poids importantes ne sont pas favorables sur le plan de l’espérance de vie.
Autant le savoir pour veiller à stabiliser son poids et pour éviter des régimes amaigrissants anarchiques.
Pour des personnes obèses, une perte de poids modérée (5 à maximum 10%) et progressive passe par un réapprentissage de la gestion de l’alimentation. L'objectif est avant tout de rester en bonne santé et de stabiliser son poids. Cette démarche nécessite un suivi par son médecin et un accompagnement diététique.

Photos © alphaspirit - Fotolia.com & © Rawf8 - Fotolia.com

Mis en ligne le 23/10/2017

Référence :
Yang-Hyun Kim, Seon Mee Kim, Kyung-do Han et al. Change in weight and body mass index associated with all-cause mortality in Korea: A nationwide longitudinal study. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, jc.2017-00787.

 

 

Consultez également toutes nos actualités :