• Pensez à vous faire vaccinner
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Mutualité Chrétienne
  • Le cancer de l'intestin
  • Solidaris – Mutualité Socialiste

Pour se débarrasser des poux

Pas de solution efficace à 100% !

pou2La présence de poux dans les cheveux des enfants est un phénomène très fréquent, mais sans gravité.
Mais quel ennui pour les adultes qui se mesurent à ces petits parasites dans un combat qui semble sans fin !
Car la résistance et l'ingéniosité du pou mettent la patience des enfants et des parents à rude épreuve.

La revue Prescrire a publié dans son numéro de mars de cette année une actualisation des stratégies conseillées pour faire face à la pédiculose (nom savant de l'infection par les poux, appelés Pediculus humanus capitis).

Pour éliminer les poux, il faudrait idéalement tuer les parasites adultes et leurs œufs (lentes) accrochés aux cheveux.

La plupart des traitements ont une efficacité limitée sur les lentes. Ceci explique qu'il faille répéter le traitement après 7 à 10 jours pour tuer les poux issus des œufs survivants, avant que ceux-ci n'aient atteint l'âge de pondre à leur tour !

Pour éviter la transmission d'une tête de la famille (ou de la classe) à une autre, il est également conseillé

  • de traiter au même moment toutes les personnes infectées
  • de décontaminer les objets courants comme peignes, brosses à cheveux, oreillers, bonnets, écharpes, peluches, etc). Deux méthodes sont envisageables :
    - un lavage à 60° ou plus
    - un emballage dans un sac pendant 15 jours, car les poux meurent endéans ce délai.

L'attaque manuelle

L'utilisation d'un peigne fin (peigne à poux) a une efficacité, mais limitée et à condition de respecter une procédure précise :

  • mouiller les cheveux
  • les peigner pendant 30 minutes, 2 à 3 fois par jour, pendant au moins 3 semaines

Avec cette procédure, selon la revue Prescrire, environ une personne sur deux parvient à se débarrasser des poux.

Le recours aux armes chimiques

Insecticides

Depuis plusieurs décennies, on utilise divers insecticides, seuls ou en combinaison : les pyréthrinoïdes de synthèse (perméthrine, phénothrine, dépalléthrine) et un produit organophosphoré, le malathion.

Des résistances des poux à ces produits ont été constatées dans plusieurs études.

En outre, ces produits sont potentiellement responsables de divers effets indésirables.
Les pyréthrinoïdes provoquent rarement des irritations cutanées ; mais la perméthrine est considérée comme un perturbateur endocrinien dont les effets sont mal évalués en cas d'application fréquente sur une longue période.
Le malathion, outre d'éventuels problèmes cutanés indésirables, peut être responsable d'effets généraux, voire d'intoxication. Ce produit est déconseillé chez les enfants de moins de 2 ans et chez les femmes enceintes.

De manière générale, il apparaît préférable de limiter l'usage des insecticides en raison de leur toxicité potentielle à long terme.

Selon la revue, nous ne disposons pas d'études scientifiques qui aient évalué l'utilisation de moyens divers tels que la mayonnaise, l'essence de lavande, les huiles, le peigne électrique, l'eau vinaigrée, etc.

Autres produits actifs

La diméticone, de même que le myristate d'isopropyle ou le 1,2-octanediol, tuent les poux en les asphyxiant ou en les déshydratant.

On pense que ces produits ne connaîtront pas d'apparition de résistance puisqu'ils ne sont pas absorbés par les poux.

Rarement, une irritation de la peau ou des yeux peut apparaître suite à l'usage de la diméticone. Les effets indésirables des deux autres produits sont moins bien évalués.

Selon la revue Prescrire, en 2014, la diméticone semble s'imposer comme le produit commercialisé de premier choix pour lutter contre les poux.
En effet, son efficacité est prouvée et elle a peu d'effets indésirables connus.

Bon à savoir : les lotions sont généralement plus efficaces que les shampooings, en raison sans doute du temps d'application plus court de ces derniers.
Les produits en aérosols peuvent provoquer des spasmes des bronches (à éviter chez les enfants présentant des crises d'asthme).
Les produits antipoux doivent être conservés hors de portée des petites mains, en raison de leur toxicité en cas d'ingestion.

Vous pouvez aussi lire sur ce site notre article "Poux".

Photo© NLshop - Fotolia.com & © goodluz - Fotolia.com

Mis en ligne le 06/05/2014

Référence: Rev Prescrire. 2014; 34 (365): 198-202. 

Consultez également toutes nos actualités :