• Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Le cancer de l'intestin

Soulager la douleur

Penser aux causes!

douleur opioideIl semble que la consommation d’antidouleurs puissants, dérivés de la morphine, soit en croissance progressive en Belgique (tout comme dans certains autres pays). Ces médicaments ne sont pourtant pas anodins… 

Les faits

La Mutualité Chrétienne a publié récemment les résultats d’une étude basée sur les données de ses affiliés. Les chercheurs ont constaté un recours, élevé et en augmentation au fil des années, à des médicaments puissants contre la douleur. 

Ainsi, le nombre d’utilisateurs d’opioïdes – de puissants analgésiques dérivés de la morphine - a augmenté de 32 % en 7 ans (passant de 304.000 à 402.000 entre 2010 et 2017).
Tout âge confondu, un membre sur onze de la Mutualité Chrétienne a donc consommé des opioïdes l'année passée.

Parmi les utilisateurs, 8% sont des patients cancéreux. Les autres consommateurs (92% !) consomment des opioïdes pour le traitement de douleurs d’origine non cancéreuse (maux de dos, névralgies, douleurs articulaires, fibromyalgie…).
En outre, plus d’un patient non cancéreux sur sept utilise ces médicaments durant une période prolongée (pendant un an avec au moins un conditionnement par trimestre).

Les chercheurs relèvent une augmentation de la consommation tant pour les opioïdes faiblement dosés (comme le "tramadol") que pour les opioïdes fortement dosés (comme l’ "oxycodone" et le "fentanyl".

Effets indésirables

Pourtant, l’utilisation prolongée d’opioïdes n’est pas dénuée de risques.

L’organisme s’habitue assez rapidement à l’effet du médicament (tolérance). Ceci incite le patient (et son médecin) à augmenter progressivement les doses ou à prescrire un médicament encore plus puissant.
Cette escalade dans les doses et une utilisation prolongée accroissent le risque d’effets secondaires, de dépendance et d’abus.

Parmi les effets secondaires, citons notamment la somnolence (avec risque d’accident de la route ou de travail), la confusion, la constipation.

Bon à savoir : Aux États-Unis, la hausse considérable de la consommation d’opioïdes est devenue un des gros problèmes de santé publique. Responsable d’abus alarmants, d’admissions aux urgences et même de décès, cette consommation a aussi des conséquences importantes sur le plan économique. En Belgique, la consommation d’opioïdes est actuellement de moitié inférieure à celle des USA, mais notre pays se positionne tout de même à la 6e place des pays de l’OCDE. 

Douleur: avoir les bons réflexes

Face à une douleur, en premier lieu, il faut rechercher sa cause.
Cela permet de trouver le bon moyen de l’éviter, de la traiter ou d’empêcher son aggravation ou sa répétition.

Dans un grand nombre de cas, la solution aux problèmes ne passe pas par un médicament, ou pas seulement.
Une meilleure position de travail, un peu d’exercice physique, des mouvements mieux adaptés ou de la relaxation constituent par exemple des réponses adéquates à des douleurs du dos ou de la nuque.
De même, une consultation chez un dentiste ou chez un ophtalmologue permet parfois de traiter la cause de certaines douleurs.

Les médicaments de premier recours pour soulager la douleur sont le paracétamol ou l’ibuprofène.

Lors d’une automédication, certaines règles de base doivent être systématiquement respectées :

  • Lisez la notice : elle indique, entre autres, la dose maximale par jour, et l’intervalle à respecter entre deux prises.
  • Respectez les contre-indications liées à chaque substance.
  • Attention aux surdosages, souvent dus à l’association de plusieurs antidouleurs de noms différents mais ayant le même principe actif.
  • Méfiez-vous des usages prolongés. Par exemple, le paracétamol et/ou l’ibuprofène, parfois associés à des antimigraineux, risquent, s’ils sont pris plus de 6 à 8 jours par mois, d’entraîner une augmentation des crises de maux de tête ou des migraines. 

Pour plus d’informations, vous pouvez lire notre article "antidouleurs et automédication".

Photos © Robert Kneschke - Fotolia.com

Mis en ligne le 03/12/2018

Référence
Hausse inquiétante de l’utilisation prolongée de puissants analgésiques. Communiqué de presse de la Mutualité Chrétienne - 18 octobre 2018. 

 

Consultez également toutes nos actualités :