• Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Le cancer de l'intestin
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • La violence psychologique

Sport intensif ou activités physiques modérées ?

 

intense modere1De nombreuses études ont montré que la pratique d'une activité physique régulière a un effet protecteur pour la santé.

Ainsi, la revue Prescrire souligne que l'effet positif de l'activité physique repose sur des données nombreuses et concordantes.

Une activité régulière, comme la marche, semble contribuer à la prévention des maladies cardiovasculaires.
En outre, la marche peut être pratiquée jusqu'à un âge (très) avancé, est accessible à tous sur le plan économique et ne présente guère de risque de santé (1).

Activité: intense ou modérée?

Une étude australienne publiée récemment (2) évoque un effet protecteur plus important lorsqu'on pratique des exercices physiques intenses, plutôt que des exercices modérés.
Les chercheurs considéraient comme exercices intenses ceux provoquant une accélération cardiaque, une transpiration et un approfondissement de la respiration : étaient cités le jogging, le vélo, l'aérobic ou le tennis en compétition.
La natation, le tennis de loisir, le jardinage intensif et les travaux ménagers étaient classés comme efforts modérés.
Les personnes incorporées dans cette étude, âgées de 45 à 75 ans, ont été interrogées une fois au départ de l'étude, puis suivies pendant 6,5 années. Sur les 215.755 personnes interrogées initialement, 7.435 étaient décédées à la fin de la période d'observation de l'étude.
L'analyse des données recueillies montre une baisse de mortalité chez tous les pratiquants d'une activité physique, par comparaison à ceux n'en pratiquant pas. Une moindre mortalité chez les personnes pratiquant les exercices les plus intenses suggère, selon les auteurs, que l'effet bénéfique sur la survie est d'autant plus important que l'exercice est intense.

Cependant, selon des experts du NHS (National Health Service au Royaume-Uni), cette conclusion doit être considérée avec prudence, en raison de plusieurs limites évoquées pour cette étude (3), notamment :

  • les chercheurs n'ont interrogé les participants qu'une seule fois, au début de l'étude. Le niveau de pratique d'exercices a pu être modifié au cours des 6 années de durée de l'étude
  • seule la consommation de fruits et légumes a été utilisée comme indicateur d'une alimentation saine. Cette dernière repose évidemment sur bien d'autres critères. En outre, seules les déclarations des participants ont été prises en compte, aucune vérification n'a pu être faite de la réalité des comportements
  • les individus ayant une activité intense l'ont peut-être débutée dès le jeune âge, ce qui pourrait aussi constituer un biais
  • les conclusions de l'étude ne peuvent être extrapolées aux personnes âgées de plus de 75 ans.

En conclusion, on peut relever que cette étude, comme de nombreuses autres, montre que l'activité physique régulière améliore globalement les chances de vivre plus longtemps en bonne santé. Peut-être un bénéfice supplémentaire est-il obtenu par une pratique d'exercices plus intenses, mais le niveau de preuves est faible.

Une étude déjà ancienne (4) montrait que les sportifs modérés se déclaraient en meilleure santé (critères : mobilité physique, douleurs, réactions émotionnelles, tonus, sommeil) que les non sportifs.
Par contre, la différence entre sportifs modérés et intensifs était pour ces critères plus modeste.
En outre, les inconvénients tels que des douleurs fortes (liées p.e. à une tendinite, une sciatique, etc), des traumatismes - parfois dus à des accidents de la circulation - comme des entorses, luxations, plaies, fractures, lésions ostéoarticulaires chroniques, etc étaient en augmentation très nette lorsqu'on passait d'une activité modérée à intense.

La conclusion n'est certainement pas, pour un sportif entraîné, de baisser son niveau de pratique si il s'y sent bien ; il s'agit plutôt, pour lui, de bien maîtriser les risques éventuels.
Quant aux néophytes, qui désirent recommencer ou continuer à bouger, il semble raisonnable de plutôt les encourager à des activités physiques régulières, telles la marche, le jardinage, etc, ou à une pratique sportive modérée.

Vous pouvez aussi lire, sur ce site, notre dossier "Maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC): les éviter, les soigner."

Photo © Nejron Photo - Fotolia.com & © EpicStockMedia - Fotolia.com

Mis en ligne le 26/05/2015

Référence
1- Marcher réduit le risque coronarien. Rev Prescrire. 2012 ; 32 (242) : 286.
2 - Gebel K, Ding D, Chey T, et al. Effect of Moderate to Vigorous Physical Activity on All-Cause Mortality in Middle-aged and Older Australians. JAMA Internal Medicine. Published online April 6 2015
3 - http://www.nhs.uk/news/2015/04April/Pages/Vigorous-exercise-could-help-prevent-early-death.aspx
4 - Sport – Pas toujours bon pour la santé. Rev Prescrire. 1299 ; 19 (193) : 224-225.

Consultez également toutes nos actualités :