• Le cancer de l'intestin
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • La violence psychologique
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Pensez à vous faire vaccinner

Vague de chaleur : de l’eau fraîche et de l’air pur !

Les étés mitigés que l'on a connus ces dernières années l'ont presque fait oublier. Quand le mercure grimpe et que des températures élevées s'installent durablement, des troubles de santé dont le plus grave est le coup de chaleur sont à redouter. Rappel express de quelques conseils.

caniculeLors d'une vague de chaleur, le corps doit notamment parvenir à réguler sa température interne. En s'évaporant à la surface de la peau, la transpiration emporte avec elle la chaleur excédentaire et provoque un rafraîchissement. Il est donc capital de boire beaucoup, au moins un litre et demi par jour, pour alimenter ce mécanisme.

Les enfants en bas âge, en particulier s'ils souffrent de fièvre ou de diarrhée, et les personnes âgées, qui ressentent moins la sensation de soif, sont plus vulnérables face aux fortes chaleurs et à la déshydratation.
Outre boire sans soif (« Boire pour éviter la déshydratation »), mongeneraliste.be vous rappelle dans « Canicule et vague de chaleur » d'autres bons réflexes à cultiver sous un soleil de plomb. Par exemple veiller à un apport en sel, se rafraîchir régulièrement le visage, le cou, les bras, les jambes... avec des linges mouillés ou un brumisateur, éviter de sortir aux heures les plus chaudes, porter un chapeau ou encore maintenir son domicile le plus frais possible.

Eau, caniculeFaiblesse, vertiges, maux de tête, nausées... peuvent se révéler les prémisses d'un coup de chaleur. Celui-ci s'accompagne, entre autres, d'une peau rouge et sèche, d'une augmentation du rythme cardiaque, d'une température supérieure à 40°, de convulsions et de perte de conscience. C'est une urgence médicale : non traité, il peut être mortel.

Respirez... à l'intérieur

Autre danger des chaleurs estivales : des soucis respiratoires par dégradation de la qualité de l'air, notamment via l'élévation de la concentration en ozone (les réactions photochimiques qui aboutissent à la production de ce gaz irritant pour les poumons sont favorisées par le rayonnement solaire).

Lors des pics d'ozone, il est fortement recommandé d'éviter les efforts en plein air, qui amènent à respirer plus fort et plus vite. Sachez identifier les signaux d'alerte : essoufflement, respiration sifflante, irritation oculaire ou de la gorge, toux, écoulement nasal, maux de tête... Les personnes qui souffrent d'asthme ou de bronchite chronique sont plus sensibles. Le mot d'ordre est de cesser tout effort et de se mettre à l'intérieur pour diminuer l'exposition à l'ozone.

mongeneraliste.be vous propose un dossier sur la pollution de l'air qui vous permet de vous familiariser avec ce polluant atmosphérique et bien d'autres. Il vous aiguille également vers les sites officiels de prévision de la qualité de l'air.

Mis en ligne le 22 juillet 2013

Consultez également toutes nos actualités :