• La violence psychologique
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • Mutualité Chrétienne
  • Le cancer de l'intestin
  • Solidaris – Mutualité Socialiste

Rhinoconjonctivite allergique

pdfPour imprimer cette fiche-patient148.93 KB

points clésLes points clés

Il s’agit d’une réaction qui touche les yeux, le nez, la gorge, les sinus. Selon l’allergie, elle peut survenir certains mois de l’année ou toute l’année. C’est un problème de plus en plus fréquent qui touche un adulte sur 4.

Les symptômes

  • Les yeux démangent et coulent.
  • Le nez coule clair, se bouche, gratte.
  • La gorge brûle ou picote.

Les causes

Lorsque les cellules de l’immunité réagissent de manière inadaptée et excessive à la présence de molécules étrangères inoffensives
(les allergènes), on parle d’allergie. Le système de défense est activé.
Il entraîne : écoulement, gonflement et irritation du nez, des yeux et des sinus.
Les allergènes les plus fréquents sont : le pollen des fleurs, des herbes, des arbres comme l’acacia, les acariens, les moisissures, les poils d’animaux. La plupart des plantes produisent leur pollen au printemps et à l’automne.

Les terrains favorisants

  • Un terrain allergique personnel: l’eczéma ou l’asthme.
  • Le tabagisme +++.
  • Une histoire familiale d’allergies.

Les conséquences

Vous pouvez être fatigué, avoir du mal à dormir ou être facilement sujet aux bronchites et otites.

L’évolution

  • À court terme:
    Les symptômes reviennent régulièrement, par exemple chaque année au moment des pollens, ou pour une durée variable selon les allergènes responsables.
  • À long terme:
    La rhinoconjonctivite allergique apparaît dans l’enfance ou à l’adolescence. réapparaître, évoluer sous forme d’asthme, s’atténuer au cours de la vieillesse ou encore persister toute la vie. Les symptômes peuvent être contrôlés avec le traitement.

le traitementLa prise en chargerhinoconjonctivite allergique

Le diagnostic

Il est avant tout clinique. Certains tests cutanés et sanguins sont parfois utiles.
Ils sont rarement indispensables!

NB: Il faut arrêter les traitements quelques jours avant les tests.

Le traitement

  • À court terme:
    Les antihistaminiques et/ou les corticoïdes locaux (spray nasal et collyres). Il ne faut en aucun cas prolonger ces traitements sans avis médical.
    - Arrêtez de fumer et évitez l’exposition au tabagisme passif.
    - Lavez votre nez au sérum physiologique.
  • À long terme:
    Si un allergène a été identifié comme seul responsable par des tests cutanés, une désensibilisation peut vous être proposée.

quelques conseilsMesures associées

Elles sont à adapter selon l’allergène en cause:

Pour les acariens

  • - Evitez “les moquettes, les tapis, les vieux sommiers, les peluches et le tabac”.
  • Utilisez des draps pouvant être souvent lavés tels que le coton.
  • Lavez la chambre au moins une fois par semaine.

Pour les allergènes extérieurs

  • Evitez de laisser les fenêtres et portes ouvertes trop longtemps.
  • Aérez au moins une heure par jour.
  • Renseignez-vous sur les taux de pollens.
  • Limitez l’exposition à l’air extérieur si le temps est sec et venteux

quand consulterQuand reconsulter ?

  • Si apparait une gêne respiratoire.
  • Si le traitement n’est pas efficace. 

 

Rédaction : M Sustersic, A Meneau, janv 2011. Mise à jour, adaptation : Comité de lecture de la SSMG, Dr M Sustersic, oct 2016. Sources : CBIP juillet 2008 ; Forum Med Suisse 2008 ; www.ebm-practicenet.be consulté en oct 2016. Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Illustration : O Roux.