• La violence psychologique
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Le cancer de l'intestin
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Pensez à vous faire vaccinner

Thrombose veineuse superficielle

pdfPour imprimer cette fiche-patient156.32 KB

points clésLes points clés

Il s’agit d’un caillot de sang et d’une inflammation au niveau d’une varice ou d’une veine sous la peau. Elle concerne les membres inférieurs ou supérieurs.thrombose superficielle

Les signes

Vous sentez une douleur, un gonflement, une rougeur, un durcissement au niveau du trajet d’une veine.
Cette inflammation (chaleur, rougeur, douleur) peut s’étendre à la peau adjacente.

Les causes

Les facteurs favorisants sont:

  • la grossesse
  • l’insuffisance veineuse chronique
  • un traumatisme superficiel (ex: perfusions dans les veines)
  • les antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire
  • l’alitement
  • un âge de plus de 40 ans
  • un cancer ou une maladie auto-immune.

Certains autres facteurs sont évitables:

  • la déshydratation
  • l’association du tabac et de la pilule.

Quels sont les risques?

  • Le caillot peut s’étendre vers les veines profondes et provoquer une thrombose veineuse profonde (la phlébite)
  • Plus rarement, dans le cas d’une thrombose veineuse profonde, le caillot peut peut partir boucher une artère du poumon: c’est l’embolie pulmonaire. Cela peut donner une gêne importante pour respirer et une douleur thoracique
  • Une récidive et/ou une extension locale survient 1 fois sur 5.

le traitementLa prise en charge

Le diagnostic

L’écho doppler veineux des membres inférieurs permet de s’assurer de l’absence de phlébite associée.

Le traitement

Il est variable en fonction des situations et de l’importance du caillot.

  • Les anti-inflammatoires (comprimés ou pommades) diminuent l’inflammation et la douleur
  • Les gels veinotoniques pourraient soulager
  • Les anticoagulants sont parfois nécessaires pour fluidifier le sang et éviter une aggravation. Dans ce cas, ils sont à prendre sans interruption pendant 6 semaines! Ils sont contre-indiqués pendant la grossesse et l'allaitement.

Il ne faut pas associer anti-inflammatoires et anti-coagulants.

Les mesures associées

  • La marche est fondamentale
  • L'hydratation: boire au moins 1,5 litres d'eau par jour
  • Les bandages compressifs ou les bas de contention sont recommandés dès le début. Ils limitent une extension de la thrombose. Il est conseillé de poursuive la contention pour prévenir les récidives.

quelques conseilsLa prévention

  • Eviter de fumer surtout en cas de prise d’un contraceptif oral
  • Lors des longs trajets:
    • s’arrêter régulièrement pour faire quelques pas
    • mettre des bas ou des chaussettes de contention.
  • Bien boire, surtout lors des grosses chaleurs.

quand consulterConsultez rapidement...

  • si vous vous sentez mal, vous avez du mal à respirer
  • s’il apparaît une douleur dans le mollet ou la poitrine
  • si vous crachez du sang
  • si la douleur remonte vers la cuisse (ou vers le haut du bras).

Rédaction : Dr A. Meneau, Dr M.Sustersic, sept 2011. Adaptation, mise à jour : Comité de lecture de la SSMG, Dr Sustersic, avril 2016. Relecteurs : Pr JPBaguet, Dr Ennzeat. Dr Fontaine, avril 2016. Sources : AFSSAPS 2009 ; Médecin du Québec 2007 ; ESC 2014 ; Reseau granted consulté en fev 2016. Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Illustration : ORoux.