• Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Mutualité Chrétienne
  • Mutualité Chrétienne
  • Solidaris – Mutualité Socialiste
  • Pensez à vous faire vaccinner
  • La violence psychologique
  • Le cancer de l'intestin

Diabète traité à l'insuline et lipohypertrophie

Varier les sites d'injection!

diabinsuine1Le diabète est une maladie chronique qui concerne de nombreuses personnes en Belgique.

Votre site mongeneraliste a consacré un dossier, répondant à de multiples questions, à cette maladie et à la manière de la gérer.

Le diabète de type 2 est généralement lié à un excès de poids.

Pour le traiter, il est important :

  • d'équilibrer son alimentation
  • de pratiquer suffisamment d'activités physiques
  • de surveiller et normaliser le taux de sucre dans le sang
  • souvent de prendre un médicament qui aide à contrôler le diabète.

Traitement par insuline

Certains malades atteints de diabète de type 2 doivent être traités par injection d'insuline.

Une étude récente s'est intéressée à la lipohypertrophie, un effet indésirable qui survient chez des personnes diabétiques qui s'injectent de l'insuline.

Ce problème est caractérisé par le développement d'un tissu adipeux (de la graisse sous la peau) aux endroits où l'insuline est injectée.

Les conséquences semblent double :

  • une consommation accrue d'insuline, par diminution de son absorption lorsqu'elle est donnée dans une zone de lipohypertrophie
  • parfois une irrégularité de l'effet de l'insuline, avec apparition plus fréquente d'hypoglycémie.

L'aspect inesthétique de la zone est aussi un élément désagréable.

L'étude montre qu'un des facteurs favorisant la formation de la lipohypertrophie est l'utilisation répétée d'un même site pour l'injection de l'insuline. Une des raisons favorisant la répétition des piqûres dans une zone de lipohypertrophie est la moindre douleur ressentie car ce tissu est pauvre en terminaisons nerveuses.

Pour éviter la lipohypertrophie, les médecins préconisent une rotation permanente des sites d'injection (abdomen de préférence, et/ou cuisse et fesses).
Ils conseillent également d'utiliser les aiguilles une seule fois.
En outre, le médecin peut examiner régulièrement les zones d'injection, pour détecter l'apparition d'un épaississement de la peau.

Attention : un patient qui se pique habituellement au niveau d'une plaque de lipohypertrophie doit être attentif en cas de changement de zone. En effet, il court un risque de surdosage en insuline et doit donc procéder à une surveillance plus fréquente de la glycémie au moment du changement.

Photo© Ljupco Smokovski - Fotolia.com

Mis en ligne le 9/7/2014

Références
- M. Blanco, M.T. Hernandez, K.W. Strauss, M. Amaya. Prevalence and risk factors of lipohypertrophy in insulin-injecting patientswith diabètes. Diabetes & Metabolism 39 (2013) 445–453. 
- http://www.fit4diabetes.com/canada-french/

Index des maladies :