Accédez à la version en ligne de ce message

  
Lettre d'information N° 52   

Mai 2017   
Mongeneraliste.be

Le site de référence pour vos patients
Illustration Traquer le mal à la racine

Une bonne santé bucco-dentaire impacte bien plus qu’on ne le soupçonne la santé en général. Soigner ses dents, ses gencives, ne peut que contribuer à éviter des problèmes… ailleurs. En effet, certaines infections dentaires, qui amènent dans le sang des bactéries nocives, sont susceptibles de contribuer au développement de maladies dans le reste de l’organisme (par exemple au niveau du cœur et des muscles, voire du fœtus chez les femmes enceintes) ou bien d'aggraver leur sévérité.
mongeneraliste.be passe en revue plusieurs situations propices au développement puis à la circulation de bactéries potentiellement néfastes, comme une carie, une gingivite, de la parodontite... Une carie non traitée, par exemple, cause un foyer infectieux dans une racine, qui peut gagner le tissu environnant. Une gencive rouge, gonflée ou saignante qu’on néglige tourne avec le temps en parodontite : l'os entourant la dent est touché et, à terme, les dents se déchaussent.
Avant de rappeler le b.a.-ba de l’hygiène et du suivi dentaires, le site explique pourquoi, face à des sinusites chroniques, de la tendinite ou des douleurs aux articulations, voire des incidents cardiovasculaires, il peut être indiqué de faire un crochet par le fauteuil d’un dentiste, histoire de repérer et éliminer toute poche d’infection.

En savoir plus... Vous pourriez également être intéressé(e) par le ou les sujets suivants:
Illustration Ça se soigne comment, la masculinité ?

Messieurs, vous vous devez d’être forts, voire stoïques, face à l’adversité. En cas de tuile, on serre les dents, on ne pleurniche pas. Côté social, votre compagnie est appréciée. Côté couple, vous assurez (cela va sans dire). Côté boulot, c’est la réussite, forcément, quitte à avoir écrasé quelques orteils - et tout ce succès, il faut l’étaler... Le décor est planté, imprégné des attentes de la société vis-à-vis de la gent masculine. Est-ce que pour coller à ces rôles à tenir, à ces images de virilité triomphante, l’homme n’adopte pas des comportements préjudiciables à sa santé ? C’est la question-épine dorsale de la nouvelle brochure « La santé des hommes. Parce qu’ils le valent bien » éditée par Question Santé.

En une petite vingtaine de pages entrecoupées de témoignages et de réflexions d’auteurs, le service Education Permanente de l’asbl s’arrête sur les stéréotypes de virilité qui polluent le rapport qu’ont les hommes avec leur corps et les soins qu’il réclame. Il relève notamment cette moindre attention qu’ils manifestent, consciemment ou non, à l’hygiène de vie et aux risques évitables, eux qui, par rapport à leurs compagnes, s’inquiètent en général bien moins des kilos qui s’accumulent, de l’équilibre nutritionnel approximatif de leurs menus, du nombre de fois où ils lèvent le coude ou sortent leur briquet. La brochure génère son lot de questions, en convoquant nos représentations du masculin et du féminin. A mettre, assurément, entre les mains des hommes (des vrais).

En savoir plus...

Vous pourriez également être intéressé(e) par le ou les sujets suivants:

IllustrationLe (prin)temps des éternuements en rafale

Qui irait redouter le retour des beaux jours, le mercure qui grimpe agréablement, la nature qui sort de sa léthargie, les activités de plein air qui reprennent… ? Ceux et celles pour qui le printemps est avant tout synonyme de nez qui coule, d’yeux qui pleurent, de gorge qui pique, d’éternuements qui s’enchaînent... parce qu’ils souffrent d’une rhinite allergique saisonnière. mongeneraliste.be fait le point sur cette désagréable affection, qui trouve son origine dans une sensibilisation anormale du système immunitaire : se pensant attaqué, celui-ci « riposte » de façon excessive aux pollens des arbres et des plantes qui flottent dans l’air. Si la rhinite saisonnière est, par définition, limitée dans le temps, des réactions allergiques persistant tout le long de l’année peuvent être déclenchées par l’exposition aux poussières, aux poils d’animaux, à certaines moisissures ou aux acariens. Comment identifier les allergènes responsables ? Quels traitements initier pour soulager les symptômes ? C’est ce que mongeneraliste.be vous explique dans un article fraîchement réactualisé. Le site s’arrête également sur la dimension familiale de l’allergie et sur un conseil qu’il a déjà formulé dans de nombreux autres contextes : l’arrêt du tabagisme et/ou l’évitement de l’exposition à la fumée de tabac. Une mesure qui ne peut que contribuer à faire chuter le risque de problèmes respiratoires, allergies comprises...

En savoir plus ... Vous pourriez également être intéressé(e) par le ou les sujets suivants:
IllustrationRègles de bonne conduite - au volant, au boulot

L’Agence wallonne pour la sécurité routière, l’AWSR, avertit des risques qui découlent, quand on prend le volant, de la consommation de certains médicaments. Elle cite les anxiolytiques, les somnifères, les antidépresseurs, les antihistaminiques ou encore certains antidouleurs opiacés. Une enquête, début d’année, auprès de 1.300 Wallons de 18 à 35 ans, a révélé qu’un quart d’entre eux ne sont pas conscients du danger, et plus d’un répondant sur 10 conduit sous influence de médicaments une fois par semaine. mongeneraliste.be expose les effets indésirables fréquents (somnolence, diminution des réflexes, altération de la vision…) et relaie les règles d’or que l’AWSR adresse aux conducteurs.

Le site parle aussi boulot, en ce mois de mai qui s’ouvre sur un férié pour mieux... célébrer le travail. Quels sont les bienfaits de l’activité professionnelle − et ses méfaits, quand elle devient envahissante ? mongeneraliste.be renvoie vers une panoplie d’articles ou dossiers sur le stress, le « bore out », le moins opaque burn out et les troubles musculo squelettiques − lesquels constituent avec ce dernier les deux poids lourds parmi les causes d’incapacité de travail. Le site porte une attention spéciale aux travailleurs indépendants, ces surmenés permanents qui disent n’avoir « pas le temps d’être malade », et les aiguille vers des pages qui les poussent à se ménager : http://www.7jsante.be/.

En savoir plus sur ces deux actus :

Vous pourriez également être intéressé(e) par l'un ou l'autre de ces sujets connexes :
Une initiative de la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG)

La Société Scientifique de Médecine Générale respecte votre vie privée et ne collecte et traite vos
données personnelles que dans les limites autorisées par la législation applicable. PLUS D'INFO

Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d'information, vous pouvez vous désabonner ICI.